Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 13:05

Ce roman nous plonge au cœur de l’Aveyron en plein hiver 1881 où Paulin Labarthe proscrit de “la Commune” et épris de littérature vient s’installer.

C’est la rencontre avec Louis et sa mère, enfant qui ne peut prétendre à l’école encore gérée par l’église et réservée aux nantis. Paulin accepte d’apprendre à lire à Louis qui deviendra instituteur. C’est le début d’une longue saga traversée par les guerres, ou toutes les générations jusqu’en 1981 deviennent à leur tour instituteurs (trices).

Nous avons aimé : l’aspect historique et sociologique : la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’évolution des revendications des enseignants, les premiers syndicats et bien sur la fermeture progressive des écoles dans les petits villages ...

Nous avons moins aimé : certaines longueurs, un style cinématographique…

 

 

Groupe Cent Arpents –Mars 2015 

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 18:14

Il s'agit de Nadia Comaneci, gymnaste de 14 ans, qui a fait exploser l'ordinateur aux Jeux Olympiques en 1976, avec une note de 10 sur10, jamais atteinte auparavant.

 

L'auteur a imaginé un dialogue entre elle et Nadia pour tenter d'expliquer ce que l'on ne sait pas réellement. Et aussi pour faire la part de la réalité et de ce que les médias ont pu relater ou écrire. Lola est ces deux voix: celle qui raconte et celle qui contredit (Nadia)

Lola Lafon nous fait partager la souffrance physique et morale que Nadia et ses camarades endurent lors des entraînements, éprouvants et intensifs. Elles sont affamées et assoiffées car il ne faut surtout pas prendre de poids, et dorment très peu.

C'est un livre qui sonde les mystères de la performance physique et du don de soi, jusqu'au sacrifice.

Enfin ce roman  nous entraîne dans la Roumanie de Ceausescu, et nous fait entrevoir ce qu'un régime dictatorial peut avoir comme conséquences sur une population. 

La construction originale de ce roman a dérangé certaines d'entre nous. La difficulté de discerner le "vrai" de l'imagination de l'auteur en a perturbé d'autres. Mais c'est justement la diversité des opinions qui a fait la richesse de la discussion.

 

Groupe les Quatre vents – mars 2015 

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 09:53

Dans ce livre, l'auteur met en scène Lili-Barbara abandonnée par sa mère à 11 mois et qui, toute sa vie sera en manque de cette mère qu'elle n'a pas connue. Son père remarié avec une femme, mère de 4 enfants, ne comblera pas ce vide. 

En 49 scènes de vie, fugitives mais essentielles, passant de l'ombre à la lumière, Sylvie Germain aborde des thèmes tels que le secret des origines, l'amour, comment accepter la mort et comment vivre avec. 

La plupart d'entre nous ont aimé ce roman bien construit. L'auteur, avec une belle écriture, précise et poétique, dresse avec sensibilité un portrait attachant de ses personnages. Chacun à sa façon, avec ses blessures et ses failles, mais aussi ses moments d'exaltation, tente de poursuivre son chemin de vie." 

 

Groupe 31– février 2015

Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 14:16

Un nom dans un carnet d’adresse perdu puis retrouvé va happer Jean Daragane, écrivain solitaire et sexagénaire, vers son passé et faire remonter à sa mémoire des souvenirs d’enfance qu’il croyait avoir oubliés.

Mémoire et oubli, quête d’identité, recherche de lieux et de gens disparus, tous ces thèmes récurrents de l’univers de Modiano, nous les avons découverts ou retrouvés dans ce livre, avec fascination pour certaines et perplexité pour d’autres. Sans oublier les déambulations dans les rues de Paris, dont Modiano dessine une géographie intime, et que les « vraies parisiennes » de notre groupe ont suivies avec une délectation particulière !

Nous avons été « happées » nous aussi par le charme étrange qui émane de ce livre, bouleversées par l’évocation de ces souvenirs à la fois tendres et douloureux. Nous avons, comme le jury du prix Nobel de littérature, apprécié « l’art de la mémoire »  de cet écrivain qui sait avec finesse analyser les mécanismes de cette mémoire, et admiré son style fluide et élégant. Certaines ont été déroutées par la chronologie bousculée entre 3 époques, le flou des situations et la construction en apparence « erratique » du roman. Mais la discussion leur a donné envie d’approfondir leur lecture et nous avons conclu qu’il ne fallait pas lire un seul livre de Modiano, il faut s’immerger dans son univers et lire peut-être en priorité « Un Pedigree », son autobiographie qui donne des clés précieuses pour comprendre son œuvre

Groupe de Neauphle – février 2015

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 16:07

Une rencontre avec les livres de Patrick MODIANO Pour notre groupe : découverte, relecture ou occasion de percevoir un nouvel éclairage de l’œuvre si prolifique nobélisée.

Nous avons essayé de le suivre dans les livres choisis (Rue des boutiques obscures, Dans le café de la jeunesse perdue, Quartier perdu, L’herbe des nuits, Villa triste, Les boulevards de ceinture, Fleurs de ruine). Somme toute presque toujours la même histoire abordée sous des angles différents. Cela commence comme une enquête, mais serait un mauvais polar !...Il  s’agit plus d’une quête, d’un éternel retour, d’une filature pour se retrouver, d’une obsession de revivre le passé, d’une errance fantomatique dans Paris au fil des souvenirs …Modiano n’a pas charmé toutes les lectrices, certaines se sont perdues dans ces déambulations nocturnes, mais toutes ont apprécié d’avoir entrepris le voyage. Nous avons terminé dans la lumière de fin d’après-midi en regardant d’anciennes photos noir et blanc témoins du passé tumultueux de l’auteur et nous laisserons la conclusion à René Char :

« Vivre, c’est s’obstiner à achever un souvenir. »

 

Groupe Renaissance – Février 2015

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 18:50

Voici l’avis d’une participante tout à fait représentatif de l’ensemble du groupe.

 

« Ce livre a été une révélation car j’ignorais tout de cette histoire familiale, compliquée et tragique mais fascinante qui est racontée ici.

A l’évidence l’image du grand homme André Malraux se retrouve écornée sur le plan humain car son attitude avec ses enfants et ses différentes femmes est vraiment décevante et envers ses frères bien ambivalente.

J’ai aussi beaucoup apprécié l’aspect historique qui nous replonge entre autre dans l’ambiance des années soixante et plus et nous remet en mémoire les grands noms de l’époque qui nous sont bien familiers et nous montre bien comment les mondes politique et artistique sont totalement imbriqués.

Je pense que je ne vais pas tarder à lire la biographie de Claude Pompidou, amie de Madeleine, et écrite par la même auteure. »

 

 

Groupe Aqueduc –  Février 2015

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 15:41

Cette autobiographie comme une confession du peintre a été recueillie par la journaliste Judith Perrignon, elle  nous a permis de découvrir l’homme derrière (ou devant !) et le peintre.

Le sous titre émouvant « Autoportrait d’un fils, d’un  peintre, d’un fou » tente de nous laisser apercevoir la vie d’un artiste incontournable, de sa maladie et toute la douleur vécue par l’entourage.

Nous avons évoqué « La Source » sa fondation destinée à mettre des enfants défavorisés au contact de l’Art.

 

Si sa peinture n’a pas séduit toutes les participantes, nous avons découvert un homme profondément généreux.

 

Groupe Les 4 Vents –  Février 2015

 

 

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 09:25

Un polar déroutant, car l’auteur brouille parfaitement les pistes, ces nymphéas sont un tableau dans un tableau construit par petites touches avec des repentirs…pour les admirer on s’approche, on s’éloigne, on prend du recul et on s’égare dans Giverny !

Génialement surprenante l’énigme policière  se projette  sur plusieurs générations.

Livre unanimement   apprécié par les participantes nous avons conclu qu’il fallait se méfier de la longévité d’une vie de chien

Groupe Polar – Janvier 2015

 

 

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:48

C’est l’histoire de l’idée belle mais folle de Sam : monter l’Antigone d’Anouilh à Beyrouth en pleine guerre du Liban avec des acteurs issus des différentes communautés en guerre.

Rassembler une Palestinienne, un chrétien, un Druze, des chiites, une chaldéenne  comme une trêve, quelques heures de paix pour une seule représentation.

Sam est mourant et Georges son ami va exécuter ses dernières volontés et se rendre au Liban.

A travers la quête de Georges pour monter la pièce, nous sommes confrontés aux atrocités de la guerre civile, aux bombardements de Beyrouth, aux massacres de Sabra et Chatila.

Et l’utopie devient tragédie.

Ces pages sont lourdes en émotion et en violence.

Ce livre n’a pas fait l’unanimité dans le groupe, en effet quelques participantes ont été dérangées par la violence des scènes de guerre, n’ont pas adhéré à la beauté de l’entreprise ou à l’engagement du héros et ont reproché l’aspect reportage du roman.

Pour les autres, un livre fort qui nous fait mieux comprendre le Moyen-Orient que beaucoup d’essais.

 

 

Groupe Calliope – janvier 2015

Repost 0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 17:39

Ce premier roman à succès d’un nouvelliste plusieurs fois récompensé, Jean-Paul Didier Laurent, a touché la majorité d’entre nous par l’humanité et l’originalité de ses personnages parfois loufoques et par son style vivant et imagé.  Si certaines d’entre nous ont émis de sérieuses réserves sur le style (jugé inégal) et le personnage principal (jugé trop terne) , la majorité du groupe a apprécié cette rencontre improbable d’un héros un peu terne en effet , conducteur d’une monstrueuse machine à pilonner, dévoreuse de papier, de rats égarés et occasionnellement de chair humaine et d’une jolie dame pipi qui rêve du prince charmant en écrivant son journal de bord. La découverte d’une clé USB perdue dans le RER de 6h27 permettra de briser leurs deux solitudes…Ainsi des vies ordinaires engluées dans la routine peuvent être embellies et rendues plus supportables par une entraide réconfortante et surtout par le pouvoir magique des mots et de la littérature.

 

Un monstre pilonnant des livres par milliers

Des feuillets épargnés dans la rame acclamés

Un chefaillon cruel et des rats sacrifiés

Et le jeune ambitieux aux dents bien aiguisées

 

Un cul d’ jatte enquêtant sur la dame pipi

Qui compte ses faïences en écoutant des bruits

Que nous pouvons à peine imaginer ici

Une clé USB, un clavier à l’abri

 

C’est l’histoire inventée de ces vies si menues

Qui nous a toutes émues lorsque nous l’avons lue

Du poisson solitaire partagez le dialogue

Pour donner vie et force aujourd’hui à ce blog

 

Micheline Segrestin

 

 

 

Groupe de Neauphle le Château – janvier 2015

Repost 0

Présentation

  • : des Groupes discussions
  • des Groupes discussions
  • : Synthèses des commentaires des groupes discussion
  • Contact

Bienvenue

Bienvenue sur le blog des "Groupes-discussion" de l'association plaisiroise "Lecture et Dialogue".

 

L'Association est née du désir de communication de jeunes femmes nouvellement installées à Plaisir. Elles se sont réunies pour discuter de livres, formant un groupe-discussion qui a fonctionné quelques mois de façon informelle. Le succès de cette initiative a déclenché un phénomène de "boule de neige" : deux participantes ont d'abord créé leur propre groupe dans le même secteur, puis au fil du temps, l'exemple a été suivi dans tous les quartiers de Plaisir. Actuellement 30 groupes se réunissent régulièrement. Une animatrice ou un animateur coordonne le débat entre les participant(e)s. Une commission "documentation" élabore des dossiers à partir d'articles de presse, sur les écrivains et les thèmes choisis dans les groupes, apportant ainsi un support aux discussions. Les commentaires rédigés par les groupes sont en ligne sur ce blog. Un index par auteur permet une recherche rapide. Vos commentaires sont les bienvenus.

Les activités proposées : visites commentées, sorties, cours, conférences... sont annoncées chaque chaque trimestre ici

Texte Libre

Vous désirez vous évader du quotidien, faire des pauses, gérer votre temps lectures, culture, loisirs ? Vous aimez lire, écrire, échanger des idées, aborder des sujets variés ?

Vous souhaitez partager vos choix de lecture, cinéma, vidéo dans une ambiance sympathique ? Nos groupes-discussion sont faits pour vous.

Lecture et Dialogue organise depuis de nombreuses années des "groupes-discussion" qui permettent aux participants d'exprimer leurs avis et d'écouter celui des autres participants.

Un "groupe-discussion" c'est la motivation qui me manque quand je me dis que je devrais lire le livre ou voir le film dont j'ai entendu parler alors que je n'aurais pas le courage ou le temps de le faire si je n'ai pas le plaisir d'aller à la prochaine réunion du groupe. "

Vous pouvez également assister aux cours dispensés par des professeurs diplômés, le matin en semaine et vous inscrire à des visites commentées par des conférenciers professionnels, vous inscrire à des sorties théâtre dans la région ou en car à Paris.

Vous pouvez assister à une conférence ou venir à la rencontre d'un écrivain. Ces deux activités sont ouvertes à tous, adhérents et non adhérents, plaisirois et non plaisirois.

L'ensemble des activités est mis en ligne en temps réel sur ce blog : http://lecdial.eklablog.com