Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 16:00

groupe discussionCommentaires des groupes avant la création en mars 2009, de ce blog

Les groupes discussions ont lu en janvier et février 2009 :

 

Va où ton coeur te porte  de Susanna TAMARO               Groupe : Aqueduc

Dans la solitude de sa maison, en Italie, une femme âgée décide d'écrire une longue lettre à sa petite-fille, sous forme d'un journal intime. Elle sait que le temps lui est compté et veut, par cette lettre d'amour, renouer une relation rendue difficile par la crise d'adolescence mais aussi par la mort tragique de sa propre fille. Et c'est donc sa vie qu'elle est amenée à revisiter, son éducation rigide, son mariage de convenance avec un homme gentil mais ennuyeux, sa relation clandestine avec le père de sa fille. De nombreux thèmes sont abordés dans ce livre : l'adolescence, la vieillesse, les rapports enfants-parents, mais aussi les secrets de famille, le destin... et permettent la réflexion. C'est un roman rempli d'émotions où l'auteur nous convie à "écouter notre coeur et à faire confiance au destin". Ce livre a fait l’unanimité.

 

Stupeur et tremblements    d'Amélie NOTHOMB             Groupe : Trente et un

Ce livre jugé drôle et bien écrit, propose, à travers un récit autobiographique, une étude sociologique du monde de l’entreprise japonaise et nous présente un aperçu des codes de la société nipponne.

 

L’homme qui tombe  Don DE LILLO   Groupe : Cent Arpents

Qui ne se souvient du 11 septembre 2001 ? Dans son roman « l’homme qui tombe », Don De Lillo s’intéresse à « l’après » par l’intermédiaire de New Yorkais moyens. Chacun à sa façon interroge l’événement et essaie de se construire un « après ». Le roman a été diversement apprécié dans le groupe. Il est vrai que l’écriture de De Lillo n’est pas facile à appréhender.

 

Et Nietzsche a pleuré  d'Irving YALOM             Groupe : Neauphle

Dans ce roman, Irving Yalom  fait revivre l’intelligentsia de la fin du XIXème siècle à Vienne : Lou Salomé, Freud etc. et en mêm temps nous offre une histoire passionnante, à rebondissements et suspense. Lou Salomé, amie de Nietzsche (dont la santé l’inquiète) demande l’aide au docteur BAUER, médecin viennois réputé. Bauer et Nietzsche finissent par se rencontrer et Bauer utilise un subterfuge pour amener Nietzsche à se faire hospitaliser. S’engagent alors des échanges passionnants jusqu’à un retournement de situation. Ce roman qui retrace  la naissance de la psychanalyse n’a laissé personne indifférent dans le groupe. Chacune a été touchée et marquée par ce roman intelligent, original et distrayant et a apprécié cet auteur inconnu de toutes jusqu’alors.

 

Le cœur cousu  de  Carole MARTINEZ                 Groupe : Trente et Un

C’est un roman farouche et indomptable comme Frasquita l’héroïne. A la fois conte, légende, fable, c’est un livre sur la transmission. Il nous introduit dans un monde magique et baroque où le lecteur se laisse facilement entraîner. La poésie n’est jamais loin. Bien que riche et dense, le groupe en a bien apprécié la lecture.

 

Il faut qu’on parle de Kevin  Lionel SHRIVER             Groupe : Les quatre vents

Du rêve Américain à l’enfer du décor…Comment Kevin en est-il arrivé là ?

L’auteur pose la question de la responsabilité : celle des parents et celle de la société. Kevin est le mal incarné, un pervers à l’intelligence diabolique. Cette histoire effroyable nous est racontée par Eva, sa mère, qui écrit de longues lettres dans lesquelles les personnalités se dévoilent. Egoïste pour l’une d’entre nous, lucide et honnête pour les autres, Eva tente de comprendre ce qui a pu amener Kevin à de tels actes. La construction du roman est remarquable et même si certains passages sont caricaturaux, le suspens nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Un livre percutant qui fait frissonner d’horreur.

 

Le bizarre incident du chien pendant la nuit   Mark Haddon   Groupe : Plaisir Centre

L'ensemble du groupe a bien apprécié ce livre au titre pour le moins surprenant. C'est un roman qui nous fait découvrir le monde de la différence par l'intérieur. Le narrateur est lui-même autiste. Le personnage évolue à sa façon dans une société qu'il ne comprend pas toujours, tant il a de principes. Loin d'être un manuel médical, ce texte à l'écriture parlée est d'un bon niveau. Certaines lettres sont particulièrement belles. La construction est originale à l'image de Christopher auquel on s'attache rapidement. Grâce à lui, l'humour est à chaque coin de page. On rit, mais sans méchanceté, entraînés que nous sommes dans son délire ! 

 

La Maison du retour  de Jean-Paul Kauffmann           Groupe : Calliope

A son retour de captivité, 3 ans après son enlèvement par le Djihad islamique, Jean-Paul Kauffmann savait qu’il ne pourrait plus jamais reprendre sa vie d’avant, ni son métier de journaliste. Il a éprouvé un profond besoin de chercher un refuge pour tenter de se rassembler. Il a 45 ans et déjà l’impression d’avoir épuisé une vie d’homme. C’est  une histoire d’amour entre cet homme, écorché de la vie et la maison des Tilleuls qu’il découvre au détour du sentier,  après neuf mois de recherche. Il l’a aimé au premier regard, parce qu’elle était belle, vaste, entourée de hauts arbres, logée dans un écrin et surtout négligée. Ensemble, ils vont réapprendre à respirer, à s’installer dans le présent comme s’il était perpétuel. Comme lui, elle semble délaissée et a besoin de panser ses plaies. Sa pudeur, son talent littéraire, l’élégance de son style ont conquis les lectrices du groupe. La Maison du retour est un livre à l’ancienne, avec pleins et déliés, ou l’auteur nous livre, sans jamais se poser en victime, le plus personnel de ses livres.  Il s’en dégage une atmosphère de sérénité ou les sensations sont presque palpables. Le soin qu’il met à décrire le bouquet d’un grand cru, les senteurs végétales, le goût de la pluie ou l’ADN aromatique de sa maison frôle la perfection. Même si l’homme apparaît pendant cette période de résilience, égocentrique, occupé qu’il est à se  reconstruire, le récit est riche, mais il a pu paraître ennuyeux à certaines.

 

Les déferlantes Claudie GALLAY        Groupe : Les Peupliers

« Dès la première page, il pleut. Au milieu du livre, il pleut, il pleut toujours. Il pleuvra jusqu'à la fin..." (sic Le nouvel obs. 08). Rien de plus à ajouter si ce n'est que le plus étonnant est que Claudie Gallay réussit à nous faire apprécier, dans un cadre aride, austère, cette sorte de "polar" sentimental et maritime. L'histoire est racontée par une ornithologue qui, en atterrissant dans ce petit village perdu de Normandie, dans une nature omniprésente et hostile, essaie d'échapper à une énorme douleur, pudiquement suggérée mais très présente. Ce village abrite cependant un drame secret et petit à petit, sans bavardages inutiles, dans un style sec, abrupt, rêche (comme l'environnement), avec des phrases courtes et des dialogues ciselés, l'histoire avance avec lenteur mais sans longueur. Le mystère s'éclaircit très progressivement pour enfin éclairer tout le roman. La tempête qui ouvre le roman semble présager celle qui va se déchaîner sur les personnages. Tout le groupe a adoré ce roman et surtout le style volontairement abrupt qui a si bien servi cette intrigue finement racontée.

 

Le mal de pierres   Milena AGUS        Groupe : Trente et Un

La narratrice raconte l’histoire de sa grand-mère, jeune sarde, étrange et originale, qui recherchera  tout au long de sa vie  le grand amour. Elle pensera le trouver, au cours d’un séjour thermal, lors de sa rencontre avec un musicien dit « le rescapé ». Milena Agus mêle dans ce roman réalité et fiction et la fin du récit donne un éclairage à certaines zones d’ombre.Les personnages sont décrits avec finesse, et sensibilité.Les lecteurs ont dans l’ensemble apprécié ce livre un peu déroutant. 

 

La chaussure sur le toit  Vincent DELECROIX            Groupe : Val Boissière

La chaussure est un prétexte pour assembler différentes histoires qui évoquent le mal être de notre société. L’humour est le droit commun pour cacher une amertume ou une souffrance au sein de la multitude ou des paillettes. C’est le sentiment de la solitude qui semble être la marque de l’auteur. Un livre sur les relations humaines. Il a été apprécié par la majorité du groupe.

 

Thème : Le compagnonnage     Groupe : Les Quatre Vents

Les étoiles de Compostelle -  Henri VINCENOT et Le printemps des cathédrales   Jean DIWO

« …Marche, marche et tu verras… »

Avec cette approche nous avons effectué un voyage à travers l’histoire du compagnonnage médiéval. Le chemin du Compagnon était physique, moral, philosophique et spirituel. L’amour du bel ouvrage, l’esprit du compagnonnage respectant les anciens qui transmettent leurs savoirs ont provoqué une instructive et passionnante réunion : nous avons hérité de leurs superbes cathédrales. « …La civilisation qui méprise la main est vouée à la catastrophe… »

 

 

Les Jumelles  TESSA DE LOO      Groupe : Aqueduc  

Dans les années 1990, Anna et Lotte, deux sœurs jumelles allemandes se retrouvent par hasard dans une station thermale. En effet, à la mort de leurs parents, à l’âge de six ans, elles sont séparées, l’une restant en Allemagne, et l’autre envoyée dans une branche de la famille en Hollande. L’Histoire va se charger de les placer dans deux camps opposés. Vont-elles, tant d'années après, se retrouver comme deux soeurs ?

A travers les péripéties romanesques de leurs vies, l’auteur aborde des thèmes toujours d’actualité comme le devoir de mémoire, la responsabilité collective… En outre, Tessa de Loo nous montre comment les allemands ont vécu la montée du nazisme et la guerre.

Excepté un début un peu difficile et des petits soucis de traduction, l’ensemble du groupe Aqueduc a apprécié ce roman.

 

 

 

Mille Femmes Blanches  Jim FERGUS           Groupe : Cassiope

« Si vous êtes une jeune femme en bonne santé, prête au mariage et en âge de donner la vie, si vous aimez l’aventure, l’exotisme et les voyages,  présentez-vous à l’adresse suivante mardi matin, douzième jour du mois de février de l’année 1875de Notre Seigneur, à 9 heures précises. » Ainsi commence l’aventure de ce livre. Un accord national, officiel entre le Président des Etats-Unis : Mr GRANT et le chef des Cheyennes : Little Wolf est signé afin dit ce dernier : « D’épouser des femmes blanches, de loger une graine de Cheyenne dans le ventre de celles-ci et ainsi d’apprendre à nous et à nos descendants la vie nouvelle qu’il nous faudra mener quand le bison aura disparu. » Cette aventure  nous fait découvrir le grand Ouest des USA, la vie des Cheyennes, tribu pacifique, très proche de la Nature, mais qui malheureusement, commence à être en contact avec la civilisation blanche, et se « détruit » par le whiskey et d’autres signes de la Civilisation dite Supérieure… Nous participons à l’intégration des femmes blanches plus ou moins facile et en particulier celle de May Dodd. Cette histoire a passionné le groupe même si certaines avaient quelques difficultés à croire au réalisme de ce récit. Mais quelle déception pour les plus « emballées » lorsqu’elles se rendent compte  que ce projet n’a pas été jusqu’au bout et que tout a été imaginé par l’auteur à partir d’un travail de recherche important. Très bel ouvrage qui fait rêver aux Grands Espaces et aux civilisations en voie de disparition, et qui interroge sur l’Occupation des Territoires, par l’étranger.

 

 

 

La route  Cormack MC CARTHY          Groupe : Val Boissière

Ce grand romancier américain nous raconte la fin du monde ! Nous sommes dans un futur indistinct, à la toute fin des temps ; un homme et son fils, deux âmes sans nom, avancent sur une route désolée… Tout est gris, il tombe une pluie de cendres ; amas de ruines ; hordes sanguinaires qu’ils croisent sur leur chemin. Inlassablement ils marchent vers le Sud, vers la côte … : là bas, peut-être l’océan est il encore bleu ? Il faut survivre tant pour eux-mêmes que pour donner une dernière chance à l’humanité…..La fin du monde ? Ce n’est pas qu’on s’y voit, c’est qu’on y est et ça vous fait quelque chose. Ce  livre magnifique a dérouté quelques-unes ; il ne laisse pas indifférent et pose quantité de questions. Attention, si vous ouvrez ce livre, vous ne pourrez pas le lâcher et ensuite il continuera de vous hanter.

 

VIDEOS vus et à revoir si rediffusion

 « Les Chinois de Belleville » documentaire diffusé sur France Ô les 10 et 11 novembre 2008 a gagné par une discussion intéressante évoquant les différents quartiers asiatiques que possède Paris. Des vagues d'immigrations de diverses communautés ont fait de Belleville un ensemble multiethnique mais une importante population chinoise s'y est implantée dans les années 80. Une visite du quartier ainsi que le témoignage des anciens mais aussi des immigrants récents, a permis d'aborder les conditions de vie de ces résidents prêts à tous les sacrifices et pétris de solidarité.

 

Le documentaire Arte (Thema) sur la laïcité nous a beaucoup interpellées tant l'enquête souligne la complaisance grandissante des instances publiques face aux revendications communautaires. Elle nous informe de la situation en France mais aussi des pratiques inquiétantes observées dans d'autres pays européens. Il en résulte un débat complexe vis-à-vis du fait religieux en présence d'une laïcité en danger.

Cahiers de souvenirs
(thème du sida en Afrique) documentaire Arte du 1er décembre 2008.

L'Ouganda est le pays d'Afrique qui compte le plus d'orphelins du sida au monde. Cependant, nous avons appris par ce film -superbe d'émotion, de lucidité et de beauté formelle- qu'une ONG a eu l'idée d'un projet original : faire écrire par les parents (les mères surtout) des "memory books", des cahiers de souvenirs, autant de conseils et témoignages de ceux qui, malades, ne verront pas leurs enfants grandir. A cette action qui vise à sensibiliser la population à la maladie, s'ajoute, mieux que dans n'importe quel autre pays africain, une vraie politique sanitaire. Des raisons de moins désespérer malgré le poids des traditions et de la pauvreté sur ce continent.

 

Espèces d'espèces France 5 Excellent documentaire du lundi 9 février 2009

Il a été rediffusé ensuite...D'un avis général du groupe, personne n'oubliera ce remarquable documentaire formidablement ludique, une savante et passionnante entreprise de vulgarisation sur l'origine des espèces ! Ce film plein d'humour permet de comprendre, en décrivant les ramifications de "l'arbre de vie ", comment sont répertoriées toutes les espèces que compte la création.

 

 

 

Commentaires des réunions de décembre 2008 et janvier 2009

Dans les années 1990, Anna et Lotte, deux sœurs jumelles allemandes se retrouvent par hasard dans une station thermale. En effet, à la mort de leurs parents, à l’âge de six ans, elles sont séparées, l’une restant en Allemagne, et l’autre envoyée dans une branche de la famille en Hollande. L’Histoire va se charger de les placer dans deux camps opposés. Vont-elles, tant d'années après, se retrouver comme deux soeurs ?

A travers les péripéties romanesques de leurs vies, l’auteur aborde des thèmes toujours d’actualité comme le devoir de mémoire, la responsabilité collective… En outre, Tessa de Loo nous montre comment les allemands ont vécu la montée du nazisme et la guerre. Excepté un début un peu difficile et des petits soucis de traduction, l’ensemble du groupe Aqueduc a apprécié ce roman.

 

Les cerfs-volants de Kaboul   KHALED HOSSEINI      Groupe 31

Une déchirante histoire d’amour et de trahison, avec en arrière-plan la chronique tourmentée d’un pays dévasté, l’Afghanistan. Ce livre a plu à la plupart d’entre nous et nous a tenues en haleine tout au long de sa lecture.

 

La vie aux aguets   William BOYD       groupe : Les quatre Vents

Bon roman d’espionnage dans un contexte historique véridique et dont le titre est particulièrement bien choisi. Livre passionnant, à chaque fin de chapitre on a envie de lire le suivant pour découvrir un épisode mal connu de la guerre : les fausses informations émises pour inciter les EU à intervenir. Intrigue complexe et sans répit : à travers le récit croisé de deux femmes – la mère et la fille, plusieurs thèmes sont abordés : la manipulation et notamment celle de la presse, l’identité : sommes nous certains de bien connaître nos proches ? L’humanité reste bien présente, même si les rapports mère-fille semblent assez distants. Ce dernier thème a fait dire à l’une d’entre nous, peu intéressée par les romans d’espionnage, qu’elle avait été récompensée de lire ce livre jusqu’à la fin. Seule une participante n’a pas aimé ce livre qu’elle a trouvé sans qualité littéraire : trop long, émaillé de descriptions trop détaillées ; tout au plus un  scénario de film.

 

Ritournelle de la faim       J. M. G. LE CLEZIO                        Groupe : les Peupliers

 

C'est l'histoire d'Ethel, jeune fille de bonne famille mauricienne dans le Paris d'avant-guerre. Le couple des parents va à vau-l'eau et tout le petit monde qui gravite autour court au désastre pendant l'occupation. Ethel, spoliée par son père, est ruinée ; pourtant, réfugiée à Nice, elle porte ses parents à bout de bras et se mariera à la fin, sans trop de passion avec un ami d'enfance.

 

Malgré le style toujours brillant de Le Clézio, cinq lectrices du groupe ont eu le courage d'avouer (eh oui !  ne pas apprécier l'oeuvre d'un prix Nobel de littérature révèle une belle liberté d'esprit !!...)  qu'elles n'avaient pas trouvé grand intérêt à ce récit somme toute assez insipide et peu palpitant. En revanche, deux lectrices, inconditionnelles de l'auteur, ont aimé et apprécié ce roman.

 

La tête en friche  Marie-Sabine ROGER                       Groupe : Val Boissière

 

Un livre aux dialogues savoureux qui met en présence deux personnalités  que rien ne prédisposait à se rencontrer. Un vrai bonheur d’entrer dans l’univers de ce conte philosophique. Une belle leçon de vie. Tout le groupe a apprécié et la discussion a été riche et animée.

 

Les Lettres de Madame de SEVIGNE              Groupe : Plaisir – Centre 

 

Nous les avions quelque peu survolées dans nos manuels scolaires de seconde. Nous ne regrettons pas d'en avoir relu un certain nombre, même si leur contexte nous échappe vraiment, tant l'époque est dépassée. Mais Madame de Sévigné aborde les sujets les plus divers. Elle nous renseigne sur les événements de son temps (la vie politique, mondaine et littéraire) et nous fait rentrer dans son intimité en nous montrant à quel point elle idolâtrait sa fille. En cela, elle nous a déroutées mais son écriture pleine de naturel n'est pas inintéressante.

 

Cousine K   Yasmina KHADRA            Groupe : Aqueduc

 Ce roman raconte l'histoire d'un jeune homme dont on ne connaît pas le nom. Enfant, il a découvert son père, pendu, massacré par les villageois. Ignoré par sa mère qui n'a d'yeux que pour son frère aîné Amine et sa cousine K., rempli de détresse et en mal d'amour, il se coupe du monde extérieur jusqu'à la folie meurtrière.  Ce livre a surpris celles qui avaient lu "l'Attentat" ou encore "Les Hirondelles de Kaboul". Ici l'Algérie, la religion, la politique ne sont pas abordées. C'est une histoire qui aurait pu se passer n'importe où. C'est une histoire qui dérange, met mal à l'aise. Le lecteur assiste impuissant au désastre du manque d'amour. Le style lyrique de Yasmina Khadra aide au mal-être. Ce court roman a suscité de nombreuses interrogations au sein du groupe. Cette phrase d'une des participantes résume bien l'impression générale : "Cette solitude de l'âme et du coeur est encore plus terrible lorsque l'auteur nous conduit brutalement vers la folie et le crime".

 

 

Les cerfs volants de Kaboul  Khaled HOSSEINI          Groupe : Plaisir – Centre

Certes, le vécu de Khaled Hosseini transparaît dès les premiers chapitres écrits par l'écrivain afghan si attaché à son pays. La symbolique du titre Les cerfs-volants de Kaboul  est très forte tant elle est le reflet du livre. Il évoque à la fois la liberté, l'enfance mais aussi le combat et les blessures de l'insouciance perdue et de la censure pour à la fin, laisser un infime espoir... C'est parce que l'auteur mêle les conflits personnels à ceux de la société et de l'Histoire que ce roman nous a bouleversées. Dans une langue accessible à tous, il analyse néanmoins avec finesse le sentiment de culpabilité et les relations humaines. Très beau témoignage qui nous laisse au coeur un peu d'amertume envers les souffrances infligées à un peuple qui ne demande qu'à vivre en toute sérénité. Le fait d’avoir vu en parallèle le film tiré du livre nous a permis d’élargir la discussion.

 

 

Le Montespan  Jean TEULE                Groupe : Les Peupliers

C'est l'histoire du plus célèbre "cocu" du 17e siècle. Louis Henri de Pardaillan, marquis de MONTESPAN et la belle et blonde Françoise de Rochechouart  se sont mariées par amour et c'est là le problème ! En effet, le Roi Louis XIV remarque cette magnifique créature et en fait sa favorite comme chacun sait. Ce fait somme tout banal ne l'est pourtant pas car le Marquis adore sa femme et n'apprécie pas du tout cette situation : il ne se résignera jamais et fera tout pour "récupérer sa dulcinée et son honneur. C'est l'argument principal du roman et J. Teulé nous raconte toutes les impertinentes et inimaginables méthodes du mari pour contester la légitimité de ce droit divin. Rien ne le fera reculer, ni les nombreuses prestations financières et honorifiques offertes par le Roi, ni l'indifférence grandissante de sa femme, ambitieuse et étourdie par le faste de la cour. Le pauvre Marquis n'y parviendra jamais et finira exilé sur ses terres jusqu'à sa mort. Le style de J.Teulé sert magnifiquement cette histoire ; il  restitue avec humour les us et coutumes de cette époque tant à la Cour que chez le "petit peuple" grâce à son style fleuri, quelquefois "cru" mais efficace et grâce aussi à des expressions cocasses de l'époque. Ce pauvre Marquis a finalement ému toutes les lectrices à cause de son acharnement à récupérer la femme qu'il aime, à rejeter toutes les propositions du Roi et à supporter tous les châtiments. Pour nous c'était un homme intègre et attendrissant par la constance de l'attachement à cette femme ambitieuse, frivole, et cruelle. Tout le groupe a aimé le livre.

 

 

La route  Cormac MC CARTHY                        Groupe : Val Boissière

Un livre traitant de l'amour paternel, un des plus beaux livres jamais écrit sur l'espérance, la leçon d'un grand romancier. Riche en suspense, ce best seller est un chef d'oeuvre de sensibilité. Une fois refermé, ce livre ne laisse pas indifférent et nous pose quantités de questions.

 

Vidéo :

Documentaire diffusé sur France Ô les 10 et 11 novembre 2008.

Ce documentaire France Ô sur " Les Chinois de Belleville " a gagné par une discussion intéressante évoquant les différents quartiers asiatiques que possède Paris. Des vagues d'immigrations de diverses communautés ont fait de Belleville un ensemble multiethnique mais une importante population chinoise s'y est implantée dans les années 80. Une visite du quartier nous a été proposée ainsi que le témoignage des anciens mais aussi des immigrants récents, ce qui nous a permis d'aborder les conditions de vie de ces résidents prêts à tous les sacrifices et pétris de solidarité.

 

Cahiers de souvenirs  (thème du sida en Afrique) Documentaire Arte du 1er décembre 2008.

L'Ouganda est le pays d'Afrique qui compte le plus d'orphelins du sida au monde. Cependant, nous avons appris par ce film superbe d'émotion, de lucidité et de beauté formelle qu'une ONG a eu l'idée d'un projet original : faire écrire par les parents (les mères surtout) des "memory books", des cahiers de souvenirs, autant de conseils et témoignages de ceux qui, malades, ne verront pas leurs enfants grandir.

A cette action qui vise à sensibiliser la population à la maladie, s'ajoute, mieux que dans n'importe quel autre pays africain, une vraie politique sanitaire. Des raisons de moins désespérer malgré le poids des traditions et de la pauvreté sur ce continent.

 



Novembre 2008
Le Montespan Jean TEULE    

L'ensemble du groupe a apprécié ce livre, la description de la cour de Louis XIV et les mésaventures de cet homme qui aimait sa femme "La Montespan". Seule trois personnes n'ont pas adhéré au style très cru du roman.

 

Bonne nuit, doux prince   Pierre CHARRAS    Groupe : 4 vents

L'écriture limpide, élégante et la construction classique du récit a provoqué beaucoup d'émotion : "le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été dit"... Le roman réveillant des souvenirs intimes, vivaces et intenses, chacune a participé à la discussion.

 

La femme-feuille Charles HERVE-GRUYER     Groupe : 31

La femme-feuille est un roman d’aventures à la fois initiatique et ethnologique. Plaidoyer pour la préservation de la nature, ce livre a été jugé passionnant et attrayant. Il constitue une très bonne entrée en matière, pour aller plus loin dans la découverte des amérindiens.

 

Le rapport de Brodeck Philippe CLAUDEL      Groupe : Plaisir Centre

Dans ses romans, Philippe Claudel est obsédé par la guerre comme s’il voulait écrire pour ceux qui ne sont plus là. Il porte en lui la laideur du monde dont il sait remarquablement parler dans « le rapport de Brodeck », récit puissant sur le Mal. Sa belle écriture simple et limpide nous a emportées, comme tenues en haleine malgré nous. Les personnages hauts en couleur parviennent à éclairer la noirceur du contexte. Claudel a réussi à nous persuader que l’homme possède en lui une extrême capacité à se reconstruire. Ce livre, nous le garderons toutes en mémoire : il est espoir et certitude en la vie. Saluons nos lycéens qui, une fois encore, ont su apprécier la vraie littérature

 

Meurtre à Pékin   Peter MAY    Groupe : Val Boissière

L’aspect policier de ce livre n’est en fait qu’un prétexte pour poser la question des manipulations génétiques, et nous faire découvrir la civilisation ancienne et moderne de la Chine. Le groupe a unanimement apprécié ce livre, et la discussion en fut d’autant plus passionnée.

 

La passion selon Juette  Clara DUPONT-MONOD        Groupe : Calliope.

« La passion selon Juette », sans faire l'unanimité dans le groupe, a plu à la majeure partie des participantes.  Cette transcription romanesque, écrite à partir d'un texte rédigé en latin médiéval, fourmillant de détails précis, est parvenue jusqu'à nous et nous a émues. Le récit, à deux voix, écrit dans une  belle écriture faite de simplicité, laisse entrevoir le visage, l'enfance, les rêves et la folie de Juette. Certaines d'entre nous, auraient voulu lui prêter des sentiments pour Hugues de Floreffe....Le côté mystique du roman a déplu à certaines mais cette féministe avant l'heure, par son hypersensibilité et sa souffrance a développé une clairvoyance hors du commun cernant les choses de l'église. Sans être une biographie, le personnage de Juette est terriblement moderne et d'actualité.

 

AP JC   VASSILIS ALEXAKIS   Groupe : Plaisir Cent - Arpents

Nausicaa, une riche héritière grecque de 89 ans, demande à un jeune étudiant en histoire qu’elle héberge de mener une enquête sur l’impénétrable Mont Athos. Elle songe à laisser sa fortune aux moines de la « Sainte Montagne » et espère y retrouver son frère, disparu cinquante ans auparavant. Le héros se lance dans une aventure qui le mènera mille ans en arrière. Il rencontrera des personnages de plus en plus singuliers et découvrira une communauté de moines étrange et richissime qui, encore aujourd’hui, interdit l’accès aux femmes dans son site sacré. Vassilis Alexakis, le plus français des romanciers grecs, a reçu le Grand prix du roman de l’Académie Française pour ce magnifique roman, intitulé « Ap.J.-C. ».

 

Thème la Birmanie – Pays d’une beauté fascinante.  Groupe : Les Quatre Vents

Deux livres présentés : « Birmane » de Christophe Ono-dit-Bio et « Aung San Suu Kyi, le jasmin ou la lune » de Thierry Falise.

 

A partir de l’histoire d’une femme exceptionnelle  Aung San Suu Kyi,  figure emblématique de tous les combats pour la défense des droits de l'homme, mais qui a toujours opté pour la résistance non violente contre la barbarie, nous découvrons l’histoire et la réalité Birmane.  Fille du général Aung San  - libérateur de la Birmanie, assassiné six mois avant la déclaration d’indépendance-,  la  « dame de Rangoon »  sacrifie tout pour son idéal : faire de son pays une authentique démocratie. Son parti remporte les élections mais la junte militaire ne l’accepte pas et l’assigne à résidence malgré une distinction prestigieuse : le  Prix Nobel de la Paix. Aung San Suu Kyi est assignée à résidence depuis 2003.

 

Les Années    Annie ERNAUX             Groupe : La Bataille

« Avec le temps va, tout s'en va... » chantait Léo Ferré.

Annie Ernaux le sait. Elle s'applique à retrouver la mémoire des instants de son passé depuis l'année de sa naissance : 1940. Elle souligne les photos de son album personnel, d’une écriture sobre qui peut susciter  beaucoup d'émotions. Cet album : c'est son trésor. Elle nous le donne et notre groupe a vécu un moment très agréable à cette lecture. Car, les années d'Annie sont aussi nos années. Comme pour l'écrivaine, elles se déroulent sur l'écran de notre mémoire couleur sépia ou en noir et blanc. Pour quelques heures, notre groupe de lecture s'est transformé en atelier des souvenirs  la plupart avait apporté des personnelles.  A la manière d'Annie ou plutôt encouragées par son exemple, nous avons tissé nos souvenirs autour de ces photos Ce fut un bel après-midi de rires, d’exclamations. Nous saisissions les instants du passé avec bonheur .Merci Annie Ernaux.

 

THE LOST  Daniel MENDELSHON (en Les disparus”)   Groupe : English speaking group

 

Daniel Mendelshon est historien, amoureux des lettres classiques, et c'est dans cet esprit qu'il se livre à une  enquête minutieuse et serrée qui le conduit sur les traces de six membres de la famille Jäger : son grand-oncle, Shmiel Jäger, Ester et leur quatre filles « tués par les nazis ». Cinq ans d'enquête menée, avec une caméra vidéo et un magnétophone à Bolechow -Pologne-, berceau de la famille Jäger, Sydney, en Israël, en Suède, au Danemark, voyages entrecoupés de retours à New York, partout où des survivants de cette tragique histoire pourront raconter leur version des faits, faire revivre la mémoire de l'un  ou de l'autre. Il y avait urgence d'obtenir  ces témoignages, les derniers susceptibles de redonner vie aux « disparus », mais aussi à une civilisation avec sa cuisine, ses rituels, sa mémoire, son langage, disparue à jamais. - les témoins interrogés par Mendelshon sont décédés dans les années 2000 - L'auteur se réfugie derrière des textes bibliques pour  tenter d'expliquer les sources de la jalousie, du meurtre, de la lâcheté ou du courage. Ces passages sont intentionnellement inclus pour briser les moments de suspense et  permettre au lecteur de prendre du recul. Livre essentiel sur la quête du savoir, de la transmission orale, mais il faut du temps et de la persévérance au lecteur pour qu'il s'imprègne des données majeures du récit.  Discussion parfois difficile, touchant  les sujets fondateurs de notre condition. Impressionnant. « A la recherche d'une mémoire perdue ».          

                                                                                                                                      

 

Le canapé rouge  Michelle LESBRE  Groupe : Plaisir Centre

 

Ce roman au titre beau et subtil nous a transportées en voyage à travers le temps qui passe pour nous faire mieux découvrir le propre voyage intérieur de la narratrice. C'est dire qu'à la première lecture, nous avons été très sensibles au rythme lent de ce récit intimiste bâti sur la complicité de deux femmes liées par une affection profonde. Le langage poétique ajoute à ce livre sur le désir et l'amour de la vie jusqu'au bout et à malgré tout. Nous en avons beaucoup parlé et avons été charmées par la richesse du texte.

 

Malavita   Tonino BENACQUISTA  Groupe : Les Peupliers

 

Drôle de famille : deux enfants et le chien "Malavita" ont atterri dans ce village de Normandie ! En fait, ce sont des "repentis" de la mafia américaine protégés par le FBI. Cette réinsertion sociale est-elle bien réussie ? Il semble bien que non à lire le récit rocambolesque de Benacquista car cette famille farfelue n'a pas du tout les mêmes valeurs que nos paisibles provinciaux. Les velléités d'intégration des différents membres de cette tribu très suspecte sont racontées d'une façon très désopilante et nous fait voir la "mauvaise vie" en rose ! Très divertissant. Dans son ensemble, le groupe a apprécié ce roman qu'il ne fallait surtout pas lire au premier degré. Seule, une lectrice l'a fait et bien sûr n'a pas du tout aimé. 

 

We feed the world   (Le marché de la faim) Erwin WAGENHOFER      Groupe : Vidéo

 

Après avoir vu « We feed the world », on ne regarde  plus du même œil les rayons de nos magasins d’alimentation. En effet, en abordant le problème du marché de la faim dans le monde, nous avons tristement pris conscience des absurdités et des gâchis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Mais que pouvons-nous faire, nous, société civile, à notre petite échelle, pour que notre nourriture ne soit plus responsable de la mort d’autres hommes ? Réfléchir à notre comportement, certes, et surtout ne pas baisser les bras…

 

L'aventure antibiotique  Groupe : Vidéo

 

Ce documentaire France 5 sur L'aventure antibiotique nous a beaucoup intéressées et appris sur un sujet a priori austère mais rendu passionnant grâce à une mise en images à la fois ludique et intelligente. En deux épisodes, ce film présente le rôle des bactéries depuis leur colonisation de la Terre jusqu'à leur résistance actuelle aux antibiotiques après nous avoir savamment expliqué ce que nous devons avant tout à la bactérie : l'invention de l'antibiotique...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : des Groupes discussions
  • des Groupes discussions
  • : Synthèses des commentaires des groupes discussion
  • Contact

Bienvenue

Bienvenue sur le blog des "Groupes-discussion" de l'association plaisiroise "Lecture et Dialogue".

 

L'Association est née du désir de communication de jeunes femmes nouvellement installées à Plaisir. Elles se sont réunies pour discuter de livres, formant un groupe-discussion qui a fonctionné quelques mois de façon informelle. Le succès de cette initiative a déclenché un phénomène de "boule de neige" : deux participantes ont d'abord créé leur propre groupe dans le même secteur, puis au fil du temps, l'exemple a été suivi dans tous les quartiers de Plaisir. Actuellement 30 groupes se réunissent régulièrement. Une animatrice ou un animateur coordonne le débat entre les participant(e)s. Une commission "documentation" élabore des dossiers à partir d'articles de presse, sur les écrivains et les thèmes choisis dans les groupes, apportant ainsi un support aux discussions. Les commentaires rédigés par les groupes sont en ligne sur ce blog. Un index par auteur permet une recherche rapide. Vos commentaires sont les bienvenus.

Les activités proposées : visites commentées, sorties, cours, conférences... sont annoncées chaque chaque trimestre ici

Texte Libre

Vous désirez vous évader du quotidien, faire des pauses, gérer votre temps lectures, culture, loisirs ? Vous aimez lire, écrire, échanger des idées, aborder des sujets variés ?

Vous souhaitez partager vos choix de lecture, cinéma, vidéo dans une ambiance sympathique ? Nos groupes-discussion sont faits pour vous.

Lecture et Dialogue organise depuis de nombreuses années des "groupes-discussion" qui permettent aux participants d'exprimer leurs avis et d'écouter celui des autres participants.

Un "groupe-discussion" c'est la motivation qui me manque quand je me dis que je devrais lire le livre ou voir le film dont j'ai entendu parler alors que je n'aurais pas le courage ou le temps de le faire si je n'ai pas le plaisir d'aller à la prochaine réunion du groupe. "

Vous pouvez également assister aux cours dispensés par des professeurs diplômés, le matin en semaine et vous inscrire à des visites commentées par des conférenciers professionnels, vous inscrire à des sorties théâtre dans la région ou en car à Paris.

Vous pouvez assister à une conférence ou venir à la rencontre d'un écrivain. Ces deux activités sont ouvertes à tous, adhérents et non adhérents, plaisirois et non plaisirois.

L'ensemble des activités est mis en ligne en temps réel sur ce blog : http://lecdial.eklablog.com